Test Virscan

Test Virscan

LE TEST VirScan EST UN test sanguin qui VA révolutionner les tests immunologiques

Le Test Virscan est une révolution médicale. Actuellement, lorsqu’on passe un test sanguin, les examens immunologiques permettent de déceler dans le sérum les traces d’un seul virus ou bactérie à la fois. La rougeole, par exemple : les tests détectent la présence des anticorps que l’organisme a produits lorsqu’il a été infecté par le virus responsable de la maladie, ou lorsqu’il a été vacciné contre celui-ci.

Problème : pour chaque virus que l’on veut rechercher, il faut exécuter un test spécifique. Ce qui suppose que le médecin prescrivant les examens ait une idée de la maladie à rechercher. Le test VirScan, lui, permet, à partir d’une seule goutte de sang, de déceler en une seule fois tous les virus qui ont infecté un patient au cours de sa vie ! C’est à dire tous les 206 virus connus qui s’attaquent à notre espèce. On comprend donc facilement le gain de temps qu’un tel outil représente.

Le principe : Il s’agit d’une puce à ADN, renfermant des fragments d’ADN encodant pour des segments de protéines virales, couplée à des bactériophages. Ces derniers sont des petits virus attaquant d’ordinaire des bactéries, que les biologistes ont appris à maîtriser pour leur faire fabriquer des substances de leur choix.

Dans le cas présent, les bactériophages expriment ces petits fragments d’ADN viral, produisant chacun à leur surface un bout de protéine appartenant à un certain virus.

Au contact avec le sang à analyser, les anticorps présents dans celui-ci trouvent les bactériophages correspondants et s’y lient : les immunologistes n’ont plus qu’à regarder lesquels ont été attaqués par les anticorps pour savoir contre quels virus la personne est immunisée.

Non seulement VirScan recèle la promesse d’accélérer de manière faramineuse les diagnostics médicaux, il pourrait permettre de comparer la diffusion de certaines maladies dans des populations entières, éclairant les recherches des épidémiologistes.

A l’avenir VirScan pourra servir à élaborer des anticorps pour lutter contre le cancer et à mieux comprendre les maladies auto-immunes, ainsi qu’à rechercher de nouvelles méthodes pour fabriquer des vaccins